Alors comme ça, mon mariage était aussi truculent !

Alors comme ça, mon mariage était aussi truculent ! - Yan Ross

C’est un euphémisme que de dire que j’avais hâte, très hâte de visionner notre vidéo de mariage. Je m’attendais à ce qu’il y ait des scènes hilarantes, mais pas que celles-ci remplissent pratiquement trois-quarts de tout le film. Des regards qui ne trompent pas, d’innombrables lapsus révélateurs, des pique-assiettes… Bref, tous les ingrédients foireux étaient réunis, sans que je ne les aie remarqués le jour de la cérémonie.

Les lapsus

Ils étaient très nombreux. Mais surtout, ils touchaient des sujets particulièrement sensibles. Voilà pourquoi les personnes autour de la table où un lapsus venait de sortir étaient comme figées. Certaines étaient gênées, stressées même. Alors, elles cherchaient une échappatoire, n’importe laquelle. Certaines faisaient semblant de n’avoir rien entendu, et continuaient la conversation en espérant que la situation se détende. Et n’importe quel sujet ferait l’affaire : visite du Premier ministre canadien aux Etats-Unis, des sites parlant de « femmes très laides, mariées à des acteurs très beaux à Hollywood », etc. Les restes passaient plutôt leurs temps à manipuler, ou parfois, à papoter leurs téléphones. Puis il y a le vieux prétexte auquel personne ne croit : « Vous m’excusez une minute ? Je dois aller à la salle de bains… »

Comment ça ? Il y a encore des pique-assiettes au XXIème siècle !

Je n’en reviens toujours pas, moi qui avais longtemps pensé que cette pratique était liée aux famines récurrentes du Moyen-âge. Ceci étant, j’ai pu parler avec l’un d’entre eux. Je croyais que c’était une vieille connaissance de mon épouse. Cet homme n’était en fait pas là pour le mariage. C’était, dit-on, un spécialiste de la planification fiscale Montréal. Et il venait à la cérémonie pour retrouver une ancienne flamme avec qui il était toujours en amour. Et comme par magie, cela a fonctionné, puisqu'ils ont passé la soirée ensemble. Depuis ce jour, ils sont toujours aussi amoureux.

Cerise sur le gâteau : un haka !

Je ne joue pas au rugby. Je ne suis le supporter d’aucun club. Le sport roi dans la famille, c’est plutôt le hockey. Mais pile avant la première danse, je vois débarquer sur la piste une douzaine d’énergumènes, dont les cris défiaient la sonorisation. Je les croyais partis discrètement. Mais pile avant que nous coupions le gâteau, nous avions droit à un second haka, puis un troisième lorsque les invités commençaient à partir… Et dire que mes deux frères étaient au milieu de cette bande ! Bref, j’ai découvert à travers ce film de nombreuses anecdotes que je ne soupçonnais pas vraiment.